Les boues de vidange des latrines à Tamatave, Madagascar

Compartir

Le traitement des produits

Le traitement des boues accumulées dans les latrines ne peut pas être assuré, comme pour les matières de vidange des pays riches, sur des stations d’épuration urbaines de forte capacité, inexistantes ou inopérantes dans les pays pauvres. La filière du projet MV82 offre une alternative intéressante dans ce contexte, en raison de ses avantages avérés : rusticité, économie, simplicité de réalisation, simplicité d’exploitation (dans une moindre mesure).

Autres avantages favorisant une application dans les pays du sud :

  1. Augmentation des rendements de déshydratation et de minéralisation sous l’effet de l’ensoleillement et des fortes températures, particulièrement sous les tropiques ;
  2. bonne acclimatation du roseau commun – Phragmites australis, possibilité de fonctionnement avec d’autres végétaux comme la canne de Provence – Arundo donax, Typha augustifolia, etc. en fonction des conditions climatiques ;
  3. technicité limitée, compatible avec la faible qualification de la main d’œuvre locale, en réalisation et en exploitation ;
  4. utilisation en amendement agricole des boues déshydratées, propices à l’épandage.

cycle de fonctionnement lié aux latrines

Source de l’illustration : EAWAG

L’expérience du projet MV82 peut donc être exportée vers les pays pauvres. Une première démarche est engagée dans le cadre de la création d’une unité de traitement à Madagascar, avec le soutien de CCTVA.

Voir tout le dossier:

http://www.epuration-negrepelisse.com/fr/dossier_boues_de_vidange_latrines.php